Serge Ibaka

Serge Ibaka, diable en maillot rouge

Cela fait déjà trois matches que l’ancien joueur du Thunder et du Magic a un rôle prépondérant pour son équipe. Marc Gasol, son coéquipier en sélection… espagnole a montré quelques limites contre les Golden State Warriors, trop mobiles pour lui à ce stade de sa carrière. Alors Nick Nurse n’a pas hésité à lancer Ibaka sur des séquences un peu plus longues. Une confiance du coach récompensée par les efforts de l’intérieur hyperactif. Il avait déjà été l’un des facteurs X du Game 3 en claquant 6 blocks en sortie de banc. Il a fait encore mieux dans le Game 4 avec 20 points. Deux belles performances et deux victoires pour Toronto.

Les Raptors se sont inclinés sur le fil dans le Game 5 mais il avait fait sa part du boulot : 17 minutes, 15 points, 6 rebonds. Peut-être même qu’il aurait dû jouer plus longtemps pour permettre aux siens de l’emporter. Cette nuit, il a encore une fois été bon. Avec 15 points en sortie de banc, souvent marqués dans des moments clés. En première période quand Toronto peinait à scorer autrement qu’à trois-points. Puis dans le money time.

Serge Ibaka a retrouvé toutes les caractéristiques qui faisaient de lui un joueur quasiment All-Star par le passé. Il a du touché de près et à mi-distance. Il peut faire mouche à trois-points. Sa puissance et sa vivacité en font un défenseur de qualité, et aussi un expert du contre en deuxième rideau. Un atout très important pour la franchise de l’Ontario.

Leave a Reply